Vous avez dit : "relaxation profonde" ?

La relaxation profonde est un état de total relâchement (qui n'est pas nécessairement de la somnolence) qui permet de se détacher de son corps et de se libérer des pensées stressantes. Le rythme cardiaque, la pression artérielle et le rythme de la respiration diminuent. Le sang circule mieux, les muscles se relâchent et le corps peut mieux exploiter ses capacités d'auto-guérison.

Contrer les effets négatifs du stress tant sur le plan physique, que mental et émotionnel est une façon de « réinitialiser le système », de relancer les fonctions du corps et d'aider à restaurer ses équilibres chimiques.

La clé pour initier cet état est de rentrer dans une respiration consciente, c’est à dire de faire le focus quelques instants sur son souffle. Dans une position confortable, la conscience est posée sur les mouvements naturels du corps. Petit à petit, l’inspiration et l’expiration s’allongent, la respiration s’apaise. Afin d’obtenir un relâchement total des muscles, différentes techniques peuvent être utilisées. Vous pouvez contracter et relâcher chaque muscle individuellement en partant des pieds pour remonter jusqu’à la tête. La deuxième technique consiste à réaliser un balayage mental du corps permettant de poser la conscience sur chaque groupe musculaire les uns après les autres et d’en évacuer toutes tensions mais sans avoir à les contracter. A la fin de cette étape, lorsque le corps est totalement relâché et le mental calme, vous pouvez avoir l'impression de flotter dans les airs, d’être détaché de toute sensation corporelle.

Que se passe-t-il au niveau de notre cerveau ?

Lors des activités courantes, le rythme des ondes cérébrales est à une fréquence d’environ 14 Hertz (14 ondulations par secondes) et on parle alors d’ondes de type bêta. Cette fréquence de l’activité cérébrale peut encore augmenter et dépasser les 30 Hz lors d’activités mentales très intenses (résolutions de problèmes ou états créatifs profonds). Ce sont les ondes gamma. Au contraire, la préparation au sommeil va nous demander de rentrer tout d’abord dans un état de relaxation légère. Le cerveau réduit sa fréquence et passe à environ 8 à 13 pulsations par seconde au fur et à mesure que nous rentrons dans cette phase éveillée mais calme (ondes alphas). Lorsque la relaxation devient plus profonde alors que nous restons éveillés, le cerveau n’oscille plus qu’entre 4 et 7 Hz (ondes thêta). Le rythme ne sera plus que de 0,5 à 4 Hz lorsque nous atteindrons un sommeil profond, sans rêves (ondes delta).

Si la fréquence des ondes cérébrales varie selon notre type d'activité, nous avons en général très peu de contrôle sur celles-ci. L’anxiété par exemple peut nous empêcher de nous détendre, nous maintenant dans la fourchette bêta …et éloignant les bras de Morphée pendant un bon moment !

Les ondes thêtas et leurs effets sur notre cerveau

Cet état de très profonde relaxation est notamment utilisé en hypnose. Il reflète l’état entre la complétude et le sommeil. Il peut être atteint également en méditation profonde et en prière. Les ondes thêta sont reliées à notre subconscient, la partie du mental entre le conscient et l’inconscient qui contient nos mémoires et nos sensations. Se plonger dans un rythme thêta nous permet d’accéder au subconscient qui gouverne nos attitudes, nos croyances et nos comportements alors que l’esprit critique commence à disparaître. L'état thêta nous permet en thérapie d'éliminer immédiatement et de remplacer des schémas de pensées particuliers sur tous les niveaux où ils sont enregistrés dans le corps : nous libérer de ces schémas libère notre énergie et notre libre arbitre.

Lors de la relaxation profonde ou de la méditation, l’apaisement de notre mental nous aide à nous nettoyer l’esprit de toutes nos pensées toxiques qui entraînent confusion et anxiété. Ce ménage permet de créer de l’espace pour de nouvelles pensées plus constructives et retrouver un fonctionnement harmonieux et des capacités cérébrales augmentées. En effet, le cerveau n’est plus encombré et il peut alors récupérer son plein potentiel et notamment certaines fonctions qui avaient été altérées comme l’apprentissage (concentration, mémorisation), la créativité et la prise de recul.

L’enjeu de la relaxation profonde et de la méditation est de s’entrainer mentalement à ralentir nos ondes cérébrales en orientant notre attention du monde extérieur (lorsque nous fonctionnons en ondes bêta) vers notre monde intérieur (fonctionnement en ondes alpha puis thêta). L’esprit peut alors s’apaiser, se resynchroniser et s’harmoniser.


Bienfaits de la relaxation profonde sur notre corps énergétique

La première loi de la thermodynamique est que l’énergie ne peut être ni crée, ni détruite, mais uniquement transformée d’une forme à une autre. En anatomie yogique, l’énergie, la force de vie subtile, est appelée Prânâ. Elle circule dans le corps grâce à 72 méridiens ou canaux de flux énergétique qui ne sont ni des nerfs, ni des muscles. Pour que l’énergie puisse s’écouler efficacement, il faut donc en toute logique entretenir ces canaux, les nettoyer régulièrement. C’est lors de la pratique (kriya), en combinant postures, respiration, mantras, mudra et fermetures énergétiques, que nous réalisons ce travail. Lors de la relaxation profonde, nous laissons le temps pour que ces énergies libérées dans le corps et le mental se répandent et s’équilibrent sans que le mental (l’égo) intervienne pour tout diriger. Cela permet de stimuler les capacités naturelles d’auto-guérison de notre corps en stimulant ses ressources naturelles à rétablir son équilibre, son harmonie et sa beauté. Le corps sait naturellement comment s’harmoniser.

Yogi Bhajan disait « une relaxation complète et harmonieuse guérit le corps. Pour y parvenir, il doit y avoir coordination entre trois facettes de nous-même : le corps, le mental et l’âme ».


Magnifique photo de Héléna de Pixabay

7 vues

©2020 par Association Le Soutra du Coeur. Créé avec Wix.com